Quelques réflexions

Le Wing Chun insiste sur une base solide. La première forme Siu Lim Tao constitue la base du système, et l’élève, en répétant de façon intensive les exercices essentiels, peut obtenir une base solide pour ses capacités primordiales – comme par exemple la stabilité du bassin, l’unité du corps, la flexibilité et la stabilité de nombreuses articulations (en particulier des poignets et des épaules) etc.

C’est dans cette école primaire intensive, qui d’ailleurs caractérise presque tous les arts martiaux traditionnels, que l’apprenti prépare son corps aux mouvements du Wing Chun, pas toujours simples à réaliser, mais incroyablement simples dans leur manière de fonctionner. Si l’on omet le travail de base, si le pratiquant construit sa maison sur du sable, son manque d’assiduité se paiera tôt ou tard.

L’élève apprend aussi bien des techniques d’une grande stabilité que des techniques « sans force », qui peuvent être appliquées très vite du fait que la tension des muscles est minime. Le système n’étant pas construit sur des techniques mais sur des principes et des méthodes, il permet une grande flexibilité et une diversité dans l’application. Il n’existe pas une réponse unique pour chaque situation, mais autant de réponses que le pratiquant peut imaginer.

Le Wing Chun ne comporte pas seulement un système d’apprentissage construit logiquement, c’est un système d’apprentissage en soi. Le résultat est un art martial incroyablement simple et étonnamment direct, qui permet au pratiquant de découvrir son potentiel personnel et de l’utiliser jusqu’à un âge très avancé.

<  Préc.Suiv. >